Suite et fin du compte-rendu de la semaine de la mode masculine parisienne, ou nombre de créateurs ont parié sur leur facteur « cool » pour l’été 2014 : messieurs, il est temps de s’amuser un peu avec nos vêtements…

L’homme de l’été 2014 ? On l’a repéré en version vrai mec qui ne se prend pas la tête. On l’a contemplé sous sa facette dandy bohème qui plane léger. Mais l’homme de l’été 2014, c’est aussi celui qui s’amuse volontiers avec un rien – enfin, avec des vêtements (et c’est déjà pas mal).

Il l’aime, cette vie à la cool : pas de chichis, pas de soucis, il s’amuse des couleurs vives et les mélange volontiers dans son dressing. Du bleu profond, en veux-tu en voilà ; du rouge vif, attention les yeux, les daltoniens ne répondront plus de rien ; et bien évidemment, sous la forme de patchwork, de motifs, d’imprimés, en bref, exit la silhouette barbante et somnolente, et place au vestiaire ludique, édulcoré à souhait et qui sent bon l’été.

Pas vraiment un homme dans toute sa rugosité, mais plutôt jeune adulte qui cultive son insouciance (oserais-je dire sa candeur ?), l’homme version cool de l’été 2014 s’inspire de la culture pop, puise dans une palette de couleur acidulée et nous fait volontiers retomber dans notre adolescence, californienne chez Kenzo, tout en tie & dye chez Issey Miyake, ou encore l’impression d’avoir piqué les vêtements à papa pour le (jeune) homme Galliano…

galliano-24 galliano-3

Adulescent au vestiaire acidulé chez John Galliano par Bill Gaytten, qui oscille entre les costumes ultra-élégants et l’insouciance des tenues amples.

 

givenchy-56 givenchy-26

Givenchy n’y va pas par quatre chemins lorsqu’il s’agit d’utiliser de la couleur, avec son guerrier tribal tech au vestiaire street chic à souhait et ses imprimés qui déclenchent des émules saison après saison.

 

isseymiyake-6 isseymiyake-32

Tie & dye à souhait chez Issey Miyake, qui sent bon l’été léger et qui pétille sur le podium. Rien que ça.

 

kenzo-6 kenzo-30

Esprit californien cool dans l’enceinte de l’Académie du cirque Fratellini pour Kenzo, qui surfe littéralement sur la vague et emporte tout sur son passage, nous y compris.

 

mihara-25 mihara-16

Comme la légende du phénix chez Miharayasuhiro, version Osamu Tezuka (le pape du manga) plutôt que Daft Punk, qui nous fait planer au sens propre du terme avec ses imprimés plumes, tout en gardant un esprit relax avec ce short à manches (rien de mieux pour donner l’illusion d’une chemise nouée autour de la taille).

 

rafsimons-33 rafsimons-10

Androgyne à souhait, l’homme Raf Simons puise dans la culture pop édulcorée saupoudrée d’insouciance, à tel point que l’on aurait pris ses mannequins pour de grands gamins marchant sous le mobile géant signé Calder.

Partager cet article :Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Pin on Pinterest0Share on Google+0Share on TumblrShare on LinkedIn0Email this to someone